Archive d’étiquettes pour : mutuelle santé

Lorsque l’on atteint un certain âge, votre capital auditif commence à se détériorer. Les dépenses relatives à ce type de soins peuvent peser sur le budget. Heureusement, il est possible de bénéficier des avantages offerts par l’assurance pour amortir le coût lié à la perte auditive.

Les avantages de l’assurance

L’assurance sénior peut aider les personnes âgées à couvrir une grande partie ou la totalité des frais liés à la perte auditive. Les soins médicaux nécessaires pour diagnostiquer et traiter une perte auditive peuvent être très coûteux et souscrire une assurance peut offrir un soulagement financier grâce à des remboursements partiels ou intégraux.

De plus, en cas de besoin de matériel médical spécialisé comme des appareils auditifs, l’assurance peut également fournir une prise en charge. Celle-ci variera en fonction de l’établissement et du profil. En somme, elle permet de protéger son capital auditif tout en réduisant ses dépenses mensuelles globales.

La couverture en fonction du profil de l’assuré

Pour choisir la meilleure assurance, il faut avant tout déterminer ses éventuels besoins. Le profil du demandeur impactera sur le contrat d’assurance qui lui sera proposé. Parmi les critères pris en compte pour le définir, l’on retrouve l’état de santé.

Outre cela, la composition de la famille est aussi un point déterminant. Il faut veiller à ce que les garanties proposées couvrent non seulement les frais médicaux, mais protègent également le conjoint ou les enfants, dans certains cas. Les habitudes médicales du foyer, les antécédents familiaux ou la prise d’un traitement régulier sont aussi des facteurs sur lesquels se penchera l’assureur pour le profil.

La comparaison pour trouver la bonne offre d’assurance

Une fois le profil établi, il est important d’étudier les différentes propositions sur le marché et de les comparer avant de faire son choix. Le montant des franchises, le délai de carence ou encore le montant des cotisations sont des points spécifiques à étudier.

Les établissements d’assurance proposent une large gamme de formules. Pour s’y retrouver, voici quelques facteurs à prendre en compte :

Les garanties incluses

Les besoins en couverture évoluent au fil du temps et les garanties proposées par les assureurs varient en fonction de l’établissement. Il faut ainsi donc l’assurance par rapport à la garantie qui couvre le type de soins le plus récurrent. Elles peuvent impliquer, entre autres, le remboursement de prothèses auditives. Ainsi, pour préserver l’audition, choisir une mutuelle santé offrant une bonne prise en charge de ces frais est judicieux.

Le tarif

Une fois les besoins définis, il faut accorder une importance particulière au tarif. Pour ce faire, il est recommandé de prendre le temps de vérifier si le montant des cotisations mensuelles correspond au budget qui y sera alloué. À noter que les mensualités varient en fonction des garanties sélectionnées.

Le délai de carence

Le délai de carence est la période pendant laquelle les garanties couvertes par l’assurance ne s’appliquent pas. Évaluer celui-ci permet de dénicher la meilleure assurance. Dans le cadre de la préservation de votre capital auditif, ce point est important puisque les frais des prothèses auditives sont souvent les plus chers.

Le délai de remboursement

Une attention particulière doit être portée aux délais de remboursement. Généralement, le tiers payant est autorisé par les assureurs, mais certaines garanties requièrent une avance sur les frais.

Les services complémentaires

Les services complémentaires liés au contrat d’assurance sont également des éléments non négligeables au moment de faire un choix. Quelques exemples sont l’assistance à domicile, l’application mobile ou des avantages en tout genre.

Pour simplifier la recherche de la meilleure assurance, l’utilisation d’un comparateur en ligne permet d’analyser les devis proposés.

Préserver son capital auditif en sus d’une bonne assurance

Bien que la souscription d’une assurance soit importante pour couvrir les frais médicaux, préserver votre capital auditif est toujours la meilleure des options. Pour bien vieillir, adopter certaines habitudes peut être bénéfique. Par exemple, il est recommandé de faire des pauses de 10 minutes toutes les 40 minutes lorsque l’on écoute de la musique avec un casque ou des écouteurs. Des pauses sont aussi conseillées durant la pratique d’une activité bruyante ou lors des concerts.

Et pour rester en forme le plus longtemps possible, adonner à une activité physique régulière et adaptée à ses capacités est une piste à explorer. Ensuite, il faut faire attention à son alimentation en réduisant la quantité de sucre et de sel et en optant pour des repas équilibrés et variés. Ce sont les petits gestes du quotidien qui font la différence pour les seniors !

(Source : Comment choisir une complémentaire santé individuelle ?quechoisir.org)

Les Français doivent sans cesse trouver un moyen d’équilibrer leur budget santé, tiraillé entre l’inflation des honoraires médicaux et la réduction des remboursements. Si aujourd’hui près de 96 % des actifs possèdent une complémentaire santé grâce à leur entreprise, ceux qui doivent la financer à titre individuel doivent ajouter l’augmentation du coût des cotisations à l’équation. Voici les conseils de l’UFC que choisir pour choisir une mutuelle de santé individuelle.

À combien s’élève la consommation des soins et biens médicaux en France ?

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), en 2020 « la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) était évaluée à titre provisoire à 209,2 milliards d’euros. Elle a progressé de 0,4 % par rapport à 2019, soit le rythme de croissance le plus faible jamais observé depuis 1950 du fait de la crise sanitaire. Ses composantes progressent à des rythmes très disparates compte tenu des impacts différenciés de la pandémie de Covid-19. Alors que les soins hospitaliers progressent de 3,7 % en 2020, les dépenses de soins ambulatoires sont en repli de 2,5 %. »

Comment bien choisir sa complémentaire santé ?

Il est important pour les consommateurs de savoir comment choisir ou changer de mutuelle santé individuelle. Voici les éléments à prendre en considération :

Les niveaux de garantie

UFC Que Choisir rappelle que « les contrats individuels comportent deux ou trois niveaux de garanties, le marketing se chargeant d’en donner une définition maison ».

Le premier niveau couvre en principe :

  • Le seul ticket modérateur pour tous les postes de soins. Dans l’esprit, il s’apparente donc à la CMU-C et seules les personnes au budget extrêmement restreint, mais dont les revenus sont trop élevés pour prétendre à la CMU-C, ou les adeptes des alternatives médicales (homéopathie, phytothérapie…) optent pour un tel contrat.
  • Pour les soins courants et l’hospitalisation, dans la mesure où vous respectez non seulement le parcours de soins coordonnés, mais évitez à tout prix les consultations ou les actes avec dépassements d’honoraires, même cantonnés avec un contrat d’accès aux soins (CAS), votre reste à charge se limitera aux participations et franchises usuelles, à l’exclusion du forfait journalier hospitalier désormais remboursé de façon illimitée dans le temps.
  • Pour les médicaments, le ticket modérateur vient compléter les remboursements de l’assurance maladie qui ont lieu à hauteur de 65 %. Pour ceux remboursés à 30 % (entrent dans cette catégorie les médicaments homéopathiques notamment) ou à 15 % en revanche, les complémentaires responsables n’ont pas d’obligation de prise en charge du ticket modérateur. Selon l’organisme complémentaire, cette garantie est d’un niveau très contrasté : une récente enquête de la Drees indique par exemple que moins d’un tiers des contrats de mutuelles prennent en charge ce ticket modérateur, alors que cette proportion est de 9 contrats sur 10 pour les institutions de prévoyance ou les assureurs…
  • Quant aux actes ou équipements coûteux (monture de lunettes, prothèse dentaire…), ce type de contrat ne sert pas à grand-chose, sauf si l’organisme assureur a ponctué ce premier niveau de garantie de « bonus » ou d’options lui permettant de se distinguer des produits de la concurrence.

Les autres niveaux de garanties

Ils proposent une couverture plus étendue, donc la cotisation est plus chère. Ils prennent en charge une part des dépassements d’honoraires médicaux ou chirurgicaux (150 ou 200 % par exemple), d’offrir des remboursements sous forme de forfaits pour divers équipements (lunettes, prothèses…) ou actes totalement ignorés par l’assurance maladie (ostéopathie…) ou encore pour les frais de séjour à l’hôpital. Mis à part la nouvelle réglementation qui, depuis peu, borne plus encore les obligations des contrats « responsables », chaque organisme assureur a ici la liberté de bâtir les garanties de ses contrats en fonction de sa philosophie du business et des stratégies commerciales qu’il entend poursuivre. La concurrence est donc particulièrement vive.

Bien comprendre ses propres besoins médicaux

Tout dépend des besoins réels du consommateur. Pour sélectionner la police adéquate, il doit analyser son comportement en tenant compte de la façon dont il respecte ou pas le parcours de soins coordonnés, de la fréquence des soins (consultations et médicaments hors dispositif pour affection de longue durée), du type des soins (conventionnels, c’est-à-dire remboursés pour partie par l’assurance maladie ou non) et de leur tarif (avec ou sans dépassements d’honoraires).

Il doit ensuite faire un calcul chiffré de leur coût annuel réel après prise en charge de l’assurance maladie (il ne reste donc à sa charge que le ticket modérateur, le forfait journalier hospitalier le cas échéant et les éventuels dépassements) et comparer ce montant à ce que lui coûterait une complémentaire « basique » (limitée au remboursement du ticket modérateur) par exemple.

Si le total des restes à charge demeure inférieur à ce qu’il devrait débourser pour une individuelle santé, il peut envisager de vous passer de mutuelle, ne serait-ce que temporairement. Dans le cas inverse, en fonction de l’importance du ratio obtenu, il saura quel niveau de garanties souscrire.

Des options, mais pas toutes

Aujourd’hui, il est possible de « construire » un contrat personnalisé en modulant le nombre d’options auxquelles souscrire. Ce système permet d’augmenter les remboursements sur certains postes de soins sans avoir à souscrire un niveau général élevé sur toutes les garanties. Néanmoins, il faut toujours faire attention au prix, qui n’est pas aussi bas que les assureurs le prétendent.

Profiter des offres

Les assureurs santé font eux aussi des promotions, notamment envers les nouveaux clients. Si vous souhaitez changer de complémentaire santé, la fin d’année est propice pour décrocher un contrat intéressant aussi bien au niveau des options que des tarifs. Attention toutefois, si vous devez subitement modifier les soins pris en charge, par exemple, en les augmentant, il est probable que votre assureur vous demande d’attendre l’échéance annuelle de votre contrat pour demander une modification.

La complémentaire santé n’est plus un produit de luxe, mais une nécessité. En prenant le temps de choisir, vous trouverez une formule qui cadre avec votre budget et vos besoins.

(Cet article reprend celui intitulé « C’est quoi une mutuelle ? » de la Mutualité Française)

La Mutualité Française revient sur une question qui n’en finit jamais d’être posée : qu’est-ce qu’une mutuelle ? Si, de manière générale, nous savons qu’il s’agit d’un produit d’assurance pour la santé, nous ignorons son fonctionnement en coulisse. Reprenons la présentation de la Fédération nationale de la mutualité française.

Des valeurs

Les mutuelles fondent leur action sur des valeurs communes au service de leurs adhérents.

L’humanisme

Les mutuelles de la Mutualité Française placent l’humanisme au-dessus de toutes les autres valeurs, pour accompagner chacun au plus près de ses besoins, dans son parcours de santé et de soins.

La solidarité

La solidarité est au fondement du mutualisme. Les mutuelles font du lien social leur moteur, convaincues que le collectif et l’entraide ouvrent la voie à l’accès du plus grand nombre à la santé et au bien-être.

L’universalité

Les mutuelles prennent en charge la santé dans sa globalité, garantissent une égalité de traitement à tous leurs adhérents et proposent des services avec des valeurs universelles.

Des bénéfices partagés

Les mutuelles réinvestissent en permanence leurs excédents pour imaginer des solutions durables, créant ainsi un cercle vertueux de redistribution et de bénéfices partagés entre tous leurs adhérents.

Les garanties

La mission d’une mutuelle est de garantir à ses adhérents l’accès à une protection sociale complémentaire de qualité. En santé, les garanties permettent d’être remboursé, partiellement ou totalement, des frais qui ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie obligatoire. Certaines mutuelles proposent également des garanties prévoyance afin de proposer une protection complète à leurs adhérents

Les garanties santé

Chacun peut adhérer à une mutuelle, avec ou sans emploi, et sans limite d’âge. On peut souscrire une mutuelle à titre individuel ou à titre collectif, lorsqu’une entreprise ou une branche professionnelle négocie un contrat pour ses salariés (lire encadré).

Une mutuelle complète en partie ou en totalité les remboursements de la Sécurité sociale. Les garanties qui lient l’adhérent à sa mutuelle couvrent la plupart des frais médicaux, dont l’optique, le dentaire ou les frais d’hospitalisation.

A la suite de l’Accord du 14 février 2019 sur la lisibilité des garanties de complémentaires santé, l’UNOCAM et les fédérations qui la composent (La Fédération nationale de la Mutualité Française, la FFA et le CTIP) ont élaboré des outils pédagogiques pour faciliter la compréhension des contrats de complémentaire santé.

Les services de soins et d’accompagnement

Premier réseau sanitaire et social de France, les mutuelles gèrent 2 800 services de soins et d’accompagnement qui favorisent, sur l’ensemble du territoire, l’accès de tous à la santé.

Les services de soins et d’accompagnement mutualistes sont ouverts à tous les assurés sociaux, adhérents ou non d’une mutuelle. Ils partagent les engagements suivants :

  • Respect des tarifs fixés par la Sécurité sociale sans dépassement d’honoraires (secteur 1).
  • Lutte contre les dépassements d’honoraires, facturés à titre exceptionnel pour limiter les dépenses restant à la charge des familles.
  • Pratique systématique du tiers payant sur la part de la Sécurité sociale.
  • Mise en place de démarche qualité avec des baromètres qualité pour recueillir régulièrement la satisfaction des personnes.

Ils s’inscrivent également dans une démarche d’innovation et de recherche permanente.

L’ensemble de cette offre répond à des exigences de qualité contrôlées et propose des tarifs conventionnels ou maîtrisés.  Une centaine de mutuelles, à but non lucratif, permettent une prise en charge coordonnée et en proximité.

Les établissements d’hospitalisation

Premier réseau d’hospitalisation à but non lucratif en France, les 79 établissements hospitaliers mutualistes ont une capacité de plus de 9 450 lits répartis sur l’ensemble du territoire.

Ils interviennent sur l’ensemble des activités de soins : médecine-chirurgie-obstétrique (MCO), soins de suite et de réadaptation (SSR), santé mentale, hospitalisation à domicile (HAD).

Ils font bénéficier les patients de techniques innovantes ainsi que de plateaux techniques performants (imagerie médicale, blocs opératoires, robotique…) dans une logique de reste à charge maîtrisé.

Les centres dentaires

Grâce aux 1 700 chirurgiens-dentistes des 464 centres dentaires mutualistes, les patients peuvent accéder à un ensemble de spécialités (soins et prothèses dentaires, orthodontie, parodontologie, implantologie…) à des prix maîtrisés.

Les centres de santé médicaux et polyvalents

59 centres de santé mutualistes médicaux et polyvalents, accessibles à tous, proposent des soins variés sans dépassement d’honoraires et sans avance de frais (tiers payant) : médecine générale, spécialités (ORL, gynécologie…), soins infirmiers.

Les centres de santé infirmiers sont quant à eux au nombre de 29.

Les établissements et services pour personnes âgées et handicapées

La Mutualité Française est présente sur l’ensemble de la chaîne de la perte d’autonomie : prévention, accompagnement, soins et financement. Concernant le champ médico-social, les mutuelles proposent 618 établissements et services médico-sociaux pour personnes âgées et/ou personnes en situation de handicap sur l’ensemble du territoire français.

  • Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).
  • Établissements et services accueillant des personnes en situation de handicap.
  • Résidences autonomie.
  • Services et antennes de soins et d’accompagnement à domicile.

Les établissements et service pour la petite enfance

Les mutuelles répondent aux besoins des familles en leur proposant 240 structures et services :

  • Des crèches collectives et d’entreprises.
  • Des micro-crèches.
  • Des relais d’assistances maternelles.
  • Des crèches familiales.
  • Des pouponnières.
  • Des aides éducatives en milieu ouvert.
  • Des lieux de soutien à la parentalité.

Les services aux personnes

Les mutuelles proposent également de nombreux services complémentaires :

  • Services à domicile (ménage, repassage, bricolage, jardinage…).
  • Plateformes de services.
  • Téléassistance.
  • Accompagnement de personnes (déplacements, activités…).
  • Services de travailleuses familiales.
  • Soutien scolaire et aide aux devoirs.
  • Portage des médicaments.
  • Conseil social et juridique.
  • Les magasins d’optique et audition

Les pharmacies

Les 41 pharmacies mutualistes ont notamment pour objectif de permettre l’accès au médicament au prix le plus juste, grâce notamment aux génériques.

Voir partie 1

(Cet article reprend celui intitulé « C’est quoi une mutuelle ? » de la Mutualité Française)

La Mutualité Française revient sur une question qui n’en finit jamais d’être posée : qu’est-ce qu’une mutuelle ? Si, de manière générale, nous savons qu’il s’agit d’un produit d’assurance pour la santé, nous ignorons son fonctionnement en coulisse. Reprenons la présentation de la Fédération nationale de la mutualité française.

Qui est la Fédération nationale de la mutualité française ?

La Fédération nationale de la Mutualité française regroupe la majorité des mutuelles de santé existant en France. Elle a été créée en 1902 et ses deux premiers vice-présidents furent Jean-Cyrille Cavé et Édouard Petit. La FNMF représente 38 millions de personnes adhérentes. (Wikipédia)

Quel est le rôle des mutuelles ?

La Mutualité Française nous explique que « les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale. Avec leurs 2 800 services de soins et d’accompagnement, elles jouent un rôle majeur pour l’accès aux soins, dans les territoires, à un tarif maîtrisé. Elles sont aussi le 1er acteur privé de prévention santé avec plus de 8 100 actions déployées chaque année dans toutes les régions.

Plus d’un Français sur deux est protégé par une mutuelle, soit 35 millions de personnes.

Les mutuelles sont des sociétés de personnes à but non lucratif : elles ne versent pas de dividendes et l’intégralité de leurs bénéfices est investie en faveur de leurs adhérents. Régies par le code de la Mutualité, elles ne pratiquent pas la sélection des risques.

Les métiers des mutuelles

Les mutuelles sont des acteurs globaux de santé. Elles sont le 1er acteur de complémentaire santé en France et gèrent le 1er réseau sanitaire et social à but non lucratif. Elles proposent également des garanties retraite ou prévoyance et organisent un grand nombre d’actions de prévention santé.

La complémentaire santé

Le cœur de métier d’une mutuelle santé est de garantir à ses adhérents l’accès à une protection sociale complémentaire de qualité qui leur permet d’être remboursés partiellement ou totalement des frais qui sont peu ou pas pris en charge par l’assurance maladie obligatoire, comme l’optique, l’audition ou les frais d’hospitalisation.

Chacun peut adhérer à une mutuelle, avec ou sans emploi, et sans limite d’âge. On peut souscrire une mutuelle à titre individuel ou à titre collectif, lorsqu’une entreprise ou une branche professionnelle négocie un contrat pour ses salariés et leur famille.

Les services de soins et d’accompagnement

Les mutuelles de la Mutualité Française gèrent le 1er réseau sanitaire et social à but non lucratif avec leurs 2 800 services de soins et d’accompagnement.

Acteurs de terrain, présents sur tout le territoire, ces établissements interviennent à tous les échelons de la santé et du bien-être de tous : des centres dentaires, d’optique, d’audition, des centres de santé médicaux, des établissements hospitaliers, des crèches, des services pour les personnes âgées et les personnes en situation de handicap. Ces établissements et services ont pour principal objectif de permettre l’accès pour tous à des soins de qualité à des tarifs modérés et de répondre aux besoins de proximité.

La prévoyance et la retraite

Spécialisées en complémentaire santé depuis la création de la Sécurité sociale, les mutuelles développent aussi une offre de prévoyance et retraite, afin de couvrir l’ensemble des besoins de protection sociale complémentaire : incapacité temporaire de travail, invalidité, décès, dépendance, épargne-retraite. Les adhérents bénéficient ainsi d’une protection complète pour eux et leurs proches.

La prévention et promotion de la santé

En tant qu’acteur global de santé, les mutuelles proposent de nombreuses actions de prévention et de promotion de la santé. Cela permet à leurs adhérents de faire des choix éclairés et d’adopter des comportements favorables en matière de santé.

Le fonctionnement des mutuelles

Gouvernance démocratique, modèle mutualiste d’entreprise, contrôle des comptes, prudence financière… : les mutuelles ont des règles de fonctionnement spécifiques dans le cadre fixé par les directives européennes d’assurance.

Un adhérent, une voix

Les mutuelles fonctionnent selon un principe démocratique d’égalité entre les adhérents : « un adhérent, une voix ». Elles sont dirigées par des bénévoles élus au sein de leurs rangs. Chacun peut donc jouer un rôle dans la vie de sa mutuelle.

Un cadre juridique singulier

L’activité des mutuelles s’exerce dans un cadre juridique qui leur est propre : le code de la Mutualité. Il contient l’ensemble des dispositions applicables aux mutuelles, à leurs unions et à leurs fédérations. Il régit leur gouvernance, leurs métiers et consacre leurs spécificités.

Le code de la Mutualité évolue sans cesse pour s’adapter :

  • Aux directives communautaires assurance, avec pour les plus importantes :
  • La transposition de solvabilité 1 par l’ordonnance n° 2001-350 du 19 avril 2001
  • La transposition de solvabilité 2 par l’ordonnance n° 2015-378 du 2 avril 2015
  • Aux réformes souhaitées par les mutuelles afin de pouvoir toujours mieux répondre aux besoins des adhérents, par exemple avec l’ordonnance n° 2017-734 du 4 mai 2017 portant modification des dispositions relatives aux organismes mutualistes

Ces réformes successives ont permis de maintenir le code de la Mutualité comme cadre normatif premier pour les mutuelles afin de réglementer tant les métiers que leur gouvernance singulière.

Une gestion responsable au bénéfice des adhérents

Pour fonctionner, toute entreprise – même à but non lucratif – doit affecter des ressources à sa gestion. Les frais de service et de fonctionnement des mutuelles :

  • Servent uniquement à la protection sociale des adhérents : les mutuelles n’ont pas d’actionnaires à rémunérer et ne font pas de profit ;
  • Incluent des frais liés à la délivrance de services tels que la gestion du tiers payant, l’animation de la vie démocratique, la prévention et l’éducation à la santé.

Chaque mutuelle publie annuellement ses comptes et les présente lors de son assemblée générale.

Quel contrôle financier des mutuelles ?

Un contrôle est exercé sur les mutuelles afin de veiller à leur juste administration dans le respect de l’éthique mutualiste et des intérêts solidaires de leurs adhérents. Ce contrôle est à la fois réglementaire, comptable et financier. Pour en assurer pleinement la charge, des contrôles sont exercés par :

  • L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), qui depuis 2010 supervise les secteurs de la banque et de l’assurance,
  • Chaque mutuelle : commission de contrôle statutaire si elle prévue par les statuts, commissariat aux Comptes ;
  • Le Système fédéral de garantie de la FNMF : garantie financière, suivi des risques prudentiels et financiers, expertise technique.

Voir partie 2

En tant qu’enseignant employé par l’Éducation nationale, vous pouvez sélectionner une complémentaire santé parmi un éventail de prestataires spécialement dédiés à votre catégorie professionnelle. Vous avez également vous pouvez également souscrire une assurance santé individuelle. Si vous êtes enseignant dans le secteur privé, vous serez pris en charge par l’assurance santé souscrite par l’établissement qui vous emploie.

L’enseignant est-il obligé de souscrire une complémentaire santé ?

Contrairement à ce que l’on peut croire, les fonctionnaires employés par l’Éducation nationale ne sont pas obligés de souscrire une complémentaire santé afin de compléter leur régime d’Assurance maladie obligatoire. Si tel est votre choix, notez cependant que les remboursements proposés par la Sécurité sociale tendent à être de moins en moins intéressants financièrement, qu’il s’agisse des dépenses pour les dents, les lunettes ou même l’hospitalisation. N’oublions pas que certains actes médicaux ne sont tout simplement pas remboursés.

Quant aux enseignants du privé, ils sont en droit d’être dispensé de souscription à la complémentaire santé proposée par leur établissement employeur.

Quelles sont les mutuelles santé pour les enseignants ?

Les enseignants du secteur public sont rattachés à la Sécurité sociale des enseignants, elle-même rattachée au ministère de l’Éducation nationale. Cette Sécurité sociale est quant à elle gérée par la MGEN (Mutuelle générale de l’Éducation nationale). Elle abrite :

  • La MAGE (Mutuelle autonome générale de l’éducation) ;
  • La MAIF (Mutuelle d’assurance des instituteurs de France) ;
  • Le CME (Crédit Mutuel enseignant).

Comment choisir une mutuelle enseignant ?

Voici les détails des 3 mutuelles citées ci-dessus.

La MAGE : Personnels de la fonction publique :

Adhérent principal

Personnels en activité fonctionnaires, stagiaires, contractuels relevant des Ministères :

  • De l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • De la Culture et de la Communication,
  • De la Jeunesse et des Sports,
  • Et exerçant dans un établissement public.

La famille : bénéficiaire conjoint et bénéficiaire enfant

  • Le conjoint
  • Le concubin
  • Le pacsé
  • Enfant mineur à charge
  • Enfant majeur à charge de moins de 28 ans poursuivant des études

La MAIF (Mutuelle d’assurance des instituteurs de France)

4 offres

  • Une offre étudiant futur enseignant ;
  • Une offre professeur stagiaire ;
  • Une offre jeune enseignant ;
  • Une offre Assurance Pro : le contrat « Offre Métiers de l’Éducation » qui protège et accompagne les souscripteurs dans la pratique de leur métier.

Le CME (Crédit Mutuel enseignant)

Le Crédit Mutuel Enseignant s’adresse aux personnels enseignants, techniques et administratifs, actifs ou retraités :

  • Du monde de l’Éducation nationale (premier et second degré, enseignement supérieur, doctorants et agents territoriaux rattachés à l’enseignement);
  • De l’enseignement public agricole ;
  • De la recherche ;
  • Du rectorat et de l’inspection académique ;
  • Des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), du centre national d’éducation à distance (CNED), des groupements d’établissements (GRETA), des centres de formation d’apprentis (CFA), des conservatoires, des services d’enseignement et de recherche en formation d’adultes (SERFA), et leurs étudiants ;
  • De l’enseignement privé sous contrat avec l’État.

Quel intérêt de souscrire une complémentaire santé ?

Les remboursements prévus par la Sécurité sociale sont partiels, aussi, pour de très nombreux actes médicaux, les bénéficiaires doivent tout de même participer aux dépenses, c’est ce que l’on appelle le ticket modérateur (TM) et les dépassements d’honoraires.

Pour éviter de se retrouver avec des factures imprévues ou trop lourdes, il est fortement conseillé de souscrire une complémentaire santé individuelle, hors du cadre de l’Éducation nationale. Afin de trouver la formule de couverture qui vous convient, prenez le temps nécessaire afin de comparer les offres et surtout demandez des devis, car les cotisations sont différentes d’un prestataire à un autre.

Zoom sur la mutuelle pour les enseignants du secteur privé

Depuis 2016, les employeurs du secteur privé ont l’obligation de proposer une mutuelle de groupe à leurs salariés. Ainsi, depuis cette date, les enseignants du privé doivent obligatoirement souscrire à cette formule de couverture santé, à moins qu’ils ne soient dispensés pour les raisons suivantes :

  • Ils possèdent déjà d’une complémentaire santé ;
  • Ils possèdent déjà d’une couverture collective (par exemple, en tant qu’ayant droit) ;
  • Ils sont en contrat à durée déterminée (CDD) de moins de 3 mois au sein de leur entreprise ;
  • Ils travaillent à temps très partiel ou ils sont apprenti et soumis à une cotisation représentant 10 % ou plus de leur salaire ;
  • Ils bénéficient de la CSS, complémentaire conçue pour les ménages modestes.

Cette mutuelle groupée permet une prise de 50 % minimum de la cotisation mensuelle à la complémentaire santé, offre un panier de soins garanti, qui couvre les dépenses de base :

  • Le ticket modérateur : il s’agit de la participation financière qui revient au patient après remboursement de la Sécurité sociale. Par exemple, la consultation chez le médecin traitant conventionné et de secteur 1 est de 25 euros. Cette somme est remboursée à 70 % par la Sécurité sociale, les 30 % restant étant à la charge du patient sans complémentaire santé.
  • Le forfait journalier hospitalier : il s’agit de la facture pour l’hébergement et les repas à l’hôpital. Comptez 20 € par jour en hôpital et clinique privée conventionnée et 15 € en psychiatrie;
  • Les frais dentaires : en tant qu’enseignant du privé, votre mutuelle entreprise doit prévoir 100 % de remboursement pour les actes médicaux. Quant aux frais dentaires, la prise en charge est de 125 % du tarif de base ;
  • Les frais d’optique : la mutuelle collective de l’employeur doit prévoir un remboursement de 100 € pour les verres simples et la monture, 150 € pour une combinaison de verre simple et de verre complexe et pour la monture, 200 € pour des verres complexes et la monture.

La couverture santé enseignant, un sujet important

Enseignants du public comme du privé, vous bénéficiez d’une couverture santé proposée par votre employeur, mais couvre-t-elle la totalité de vos besoins ? Prenez en considération les dépenses médicales qui risquent d’être à vos frais et jouez la carte la sécurité en souscrivant une complémentaire santé individuelle pour plus de tranquillité d’esprit !

Les dépenses de santé augmentent d’année en année, à tel point que 95 % des Français étaient couverts par une complémentaire en 2019, soit 3 millions d’individus. Quant au 5 % restants, ils étaient alors couverts uniquement par la Sécurité sociale. Devant le premier chiffre, peut-on raisonnablement dire que la couverture santé individuelle, qu’elle soit contractée dans le cadre personnel ou salarial, est passée du stade de luxe à celui de la nécessité ?

Rappel sur le rôle de la complémentaire santé

Lorsqu’un consommateur contracte une complémentaire santé, il bénéficie d’un contrat fourni par une compagnie grâce auquel ses dépenses de santé seront en partie remboursés par l’assureur, l’autre partie étant quant à elle prise en charge par la Sécurité sociale.

Une progression toujours à la hausse des dépenses de santé

Selon la direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques, déjà, en 2017, les dépenses de santé, principalement constituées de soins de ville et de soins hospitaliers, représentaient 2 977 euros par habitant, avec une prise en charge de 77,8 % par la Sécurité sociale. Déjà à cette époque, malgré cette prise en charge par la Sécurité sociale, les Français devaient financer 22 % de leurs dépenses de santé à partir de leurs propres fonds, aussi, la somme pouvait représenter une sortie importante d’argent en fonction du type de soin.

Le temps ne semble pas arranger les choses, puisque l’Assurance maladie continue à enregistrer une hausse des dépenses de santé. En témoignent les 6,5 % d’augmentation assez exceptionnelle pour l’année 2020, contre 2,7 % en 2018 et 2,8 % en 2019. Bien entendu, cet accroissement s’appuie principalement sur l’épidémie de Covid-19 qui n’a pas épargné le pays.

En tant que salarié couvert par la mutuelle d’entreprise, est-il nécessaire de souscrire à une autre complémentaire ? 

La loi ANI de 2016 prévoit que doit obligatoirement se voir offrir une couverture santé dont la souscription est payée à hauteur de 50 % minimum par l’employeur :

  • Tout salarié en CDI, CDD, cadre, chargé de mission, apprenti ou stagiaire ne possédant pas déjà une couverture santé ;
  • D’une entreprise du secteur privé et de n’importe quelle taille

Certes, il s’agit d’une bonne nouvelle, en gardant toutefois à l’esprit que la couverture est relativement minimale :

  • L’intégralité du ticket modérateursur : les consultations, actes et prestations remboursables par la Sécurité sociale ;
  • L’intégralité du forfait journalier hospitalier (20 € par jour en hôpital ou clinique, 15 € par jour au service psychiatrique d’un établissement de santé) ;
  • Les frais dentaires(prothèses et orthodontie) : 125 % du tarif conventionnel ;
  • Les frais d’optique forfaitaires par période de 2 ans (annuellement pour les enfants ou en cas d’évolution de la vue) : 100 € de prise en charge minimum pour des verres simples, et de 150 € pour des verres complexes, montures incluses.

De plus, le conjoint et les enfants du salarié bénéficiaire ne sont pas systématiquement couverts par la mutuelle d’entreprise.

Quel est l’intérêt d’avoir deux complémentaires santé ?

L’objectif étant d’avoir la couverture santé la plus complète possible, le salarié peut adhérer à une couverture individuelle, entièrement à sa charge. Il peut s’agir du même assureur que celui engagé par l’entreprise, ou alors d’une compagnie différente.

Néanmoins, afin de faire des économies, ledit salarié peut également refuser d’adhérer à la mutuelle de son entreprise par une lettre accompagnée des justificatifs demandés et dans les cas suivants :

  • Le salarié a été embauché par l’entreprise avant la mise en place de la mutuelle collective et il possédait déjà une complémentaire individuelle ;
  • Il est ayant droit d’une mutuelle obligatoire ou de la mutuelle de la fonction publique de son conjoint ;
  • Il travaille à temps partiel ou sous le statut d’apprenti et sa cotisation est supérieure ou égale à 10 % de sa rémunération brute ;
  • Il est en CDD de moins de 3 mois, il est couvert par un contrat respectant les caractéristiques des mutuelles santé responsables et solidaires et la durée de la mutuelle collective est inférieure à 3 mois ;
  • Il est en CDD de 3 à 12 mois ;
  • Il est en CDD de plus de 12 mois et dispose d’une couverture santé individuelle ;
  • Il bénéficie de la CMU complémentaire (Couverture Maladie Universelle) ou de l’ACS (Aide à la Complémentaire Santé) ;
  • Il bénéficie de la couverture obligatoire de votre autre emploi et sous le régime local d’Assurance Maladie d’Alsace-Moselle, régime complémentaire d’Assurance Maladie des industries électriques et gazières (CAMIEG), mutuelle des agents de l’État et des collectivités territoriales, etc.

Attention, il est possible que l’entreprise refuse ce refus, si ce cas de figure n’a pas été négocié avec le fournisseur d’assurance santé.

Mutuelle santé d’entreprise, individuelle ou les deux ?

Tout va dépendre des besoins du consommateur, aussi bien en matière de tarifs que de garanties. Dans l’absolu, il est conseillé de choisir une assurance santé en fonction des éléments suivants :

  • Les besoins couverts par la mutuelle actuelle ;
  • Les besoins en matière de dépenses de santé ;
  • Les garanties et services proposés par le contrat en cours et celui qui vous intéresse ;
  • La clarté des informations sur les remboursements ;
  • La liste des soins non pris en charge par la Sécurité sociale et remboursés par la mutuelle ;
  • Les délais de carence et de remboursement ;
  • L’absence de questionnaire médical ;
  • La flexibilité du contrat ;
  • Les avis déposés par les clients de l’assureur.

Devant l’augmentation du prix des soins, la diminution progressive et tangible des taux de remboursement des dépenses de santé, il est donc important de bénéficier d’une couverture solide, y compris lorsque les besoins sont minimes. En effet, avec le temps, l’arrivée d’un conjoint, d’enfants et tout simplement l’évolution de la vie en général, il est important de pouvoir compter sur un partenaire efficace quant à la prise en charge de dépenses souvent imprévues et susceptibles de déséquilibrer les finances d’un foyer ! La complémentaire santé n’est pas un luxe !

La mutuelle santé est devenue une nécessité, à tel point que de plus en plus de Français se tournent vers cette solution pour optimiser le remboursement de leurs dépenses de santé. Or, nous savons que les prix sont fixés librement par les assureurs. Nous savons également qu’en France, chaque année, les assurés séniors investissent entre 900 et 1600 euros par an contre 200 et 500 euros pour un jeune pour une meilleure prise en charge de ces mêmes dépenses. La mutuelle santé pas chère est-elle un mythe, malgré ce que disent les publicités ? Ou alors, faut-il savoir où et comment chercher ? Faisons le point sur la question.

Est-il obligatoire de contracter une mutuelle ?

Dans son rapport annuel, la direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES) nous indique que ‘’assurance maladie complémentaire (AMC) constitue un deuxième étage de couverture santé après l’assurance maladie obligatoire (AMO), et est essentiellement gérée par des acteurs privés.Elle intervient d’une part sur les participations financières instaurées par la Sécurité sociale, et d’autre part sur la liberté tarifaire résultant des dépassements d’honoraires et des tarifs libres, notamment en optique, pour les audioprothèses et les soins prothétiques dentaires. En complément, elle peut aussi prendre en charge des soins non remboursés par la Sécurité sociale.

Aujourd’hui, la mutuelle santé finance majoritairement :

  • Les dépenses en optique (73 % des remboursements) ;
  • Suivi par les dépenses dentaires (41%) ;
  • Les soins de ville (16 %) ;
  • Les dépenses en médicaments (13 %)

D’un autre côté, il est important de connaître les taux de remboursement de base de la Sécurité sociale, en fonction des types de soins (Source : Base de Remboursement de la Sécurité sociale (BRSS) 2021 –  https://selectra.info ).

Analyses et examens de laboratoire :

Actes médicauxTaux de remboursement
Actes de biologie (cotés B)60 %
Actes d’anatomie et de cytologie pathologiques (cotés P)70 %
Prélèvements réalisés par un médecin, chirurgien-dentiste et une sage-femme70 %
Prélèvements réalisés par les directeurs de laboratoire non médecins et les auxiliaires médicaux et les auxiliaires de laboratoire non infirmiers60 %
Frais d’analyse et d’examen de laboratoire relatifs au dépistage sérologique du VIH et de l’hépatite C100 %

Médicaments :

MédicamentsTaux de remboursement
Médicaments reconnus comme irremplaçables et particulièrement coûteux100 %
Médicaments à service médical rendu majeur ou important90 %
Médicaments à service médical rendu modéré80 %
Préparations magistrales (PMR)90 %
Préparations médicamenteuses effectuées par le pharmacien non produit par l’industrie pharmaceutique (PM4)30 %
Médicaments homéopathiques et préparations magistrales homéopathiques (PMH)0 %

Frais médicaux divers (appareillages, prothèses, optiques) :

SoinsTaux de remboursement
Optique60 %
Prothèses auditives60 %
Pansements, accessoires et petit appareillage60 %
Orthopédie60 %
Grand appareillage (prothèses oculaires et faciales, orthoprothèses et véhicules pour handicapé physique)100 %
Produits d’origine humaine (sang, lait et sperme)100 %

Hospitalisation :

ServicesTaux de remboursement
Hospitalisation à l’hôpital ou en clinique privée conventionnée80 %
Frais d’hospitalisation80 %
Transfert d’un établissement hospitalier vers un autre établissement hospitalier, sauf maison de retraite ou de convalescence65 %

Cures thermales

SoinsTaux de remboursement
Honoraires médicaux (forfait de surveillance médicale et pratiques médicales complémentaires)70 %
Frais d’hydrothérapie65 %
Frais d’hébergement, frais de transport65 %
Cure thermale avec hospitalisation80 %

Ces chiffres signifient que les taux de remboursement restants sont à la charge des assurés, aussi, les factures de dépense de santé peuvent très rapidement augmenter ! Malgré tout, la mutuelle de santé n’est pas obligatoire. Pourtant les entreprises doivent fournir obligatoirement une solution santé à leurs salariés, diront certains. Là encore, la loi permet une certaine souplesse, sans parler de l’absence totale d’obligation pour les indépendants, les retraités et les demandeurs d’emploi.

Est-ce qu’une mutuelle pas chère rembourse bien ?

La réponse est « oui », il existe des mutuelles pas chères qui peuvent bien rembourser ! Pour les trouver, il suffit d’utiliser un comparateur ou de passer par un courtier en assurance, ou alors d’étudier et analyser scrupuleusement les points suivants, pour chaque concurrent :

Les éléments à vérifier avant de souscrire

Avant de souscrire une mutuelle santé pas chère, utilisez un comparateur pour vérifier toutes les clauses du contrat. En effet, s’il est possible de trouver un excellent rapport qualité/prix pour votre mutuelle, il est aussi simple d’être appâté par un tarif concurrentiel qui, en réalité, ne vous protègera pas comme vous le souhaitez. Avant toute chose, lisez les conditions générales et particulières et vérifiez les points suivants :

  • Les garanties proposées ;
  • Les délais de carence ;
  • Les franchises ;
  • Les exclusions de garantie ;
  • Prise en charge à l’étranger si nécessaire ;
  • Tiers payant ;
  • Les plafonds de remboursement.

Comment savoir si une mutuelle pas chère va prendre en charge vos besoins réels ?

Si vous êtes à la recherche d’une mutuelle pas chère qui rembourse bien, il est important de ne payer que pour vos besoins réels. Commencez par faire le point sur votre situation de santé. Est-ce que vous dépensez très régulièrement en :

  • Consultations chez un généraliste et/ou un spécialiste ;
  • Médicaments sur ordonnance ;
  • Hospitalisation ;
  • Examens et analyses de laboratoire ;
  • Dispositifs médicaux ;
  • Soins optiques, dentaires et auditifs ;
  • Cure thermale ;
  • Assistance à domicile ;
  • Médecine douce ;

Vérifiez que ces garanties (la liste est non exhaustive) soient bien présentes sur le contrat de vente des mutuelles sélectionnées durant votre prospection.

Mention spéciale pour la complémentaire santé solidaire (C2S)

Le gouvernement français a mis en place un dispositif destiné aux foyers les plus modestes afin de les aider financièrement dans la souscription d’une complémentaire santé. Concrètement, les bénéficiaires de la C2S peuvent prendre une mutuelle et recevoir une aide financière partielle ou totale pour le paiement de leurs cotisations.

Les informations à jour sont disponibles sur la page Complémentaire santé solidaire (ex-CMU-C) du site officiel de l’administration française.

La mutuelle pas chère existe bien, mais pour la trouver, vous devrez prendre le temps nécessaire afin de comparer les concurrents entre eux. Autrement, vous pouvez également passer par un comparateur ou mieux encore, vous tourner vers un courtier, avec lequel vous pourrez discuter de vos attentes et de vos besoins.

Le devis mutuelle santé en ligne est une solution pratique pour trouver le prestataire d’assurance santé idéal rapidement, facilement et au bon prix. Toutefois, cette absence de contact physique avec un professionnel, d’échange de vive voix peut intimider. Nos conseils pour obtenir une estimation suffisamment claire pour vous aiguiller dans l’achat de votre mutuelle santé !

Qu’est-ce qu’un devis ?

(Source : Ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance économique)

Le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance rappelle plusieurs points concernant le devis :

« Avant tout achat de produit ou prestation de service, le consommateur doit être informé du prix de la prestation pour lui permettre de pouvoir comparer et choisir en connaissance de cause. Le professionnel doit remettre au consommateur un devis détaillé. Le devis est une offre de contrat. Il engage les parties dès lors qu’il a été accepté. »

« Désormais, depuis la loi Hamon du 17 mars 014 relative à la consommation, pour toutes les prestations deservice, lorsque le contrat est conclu dans l’établissement où le professionnel exerce son activité, le professionnel doit fournir un devis suffisamment détaillé à la demande du consommateur lorsque le prix ne peut pas être déterminé à l’avance ; »

Que doit mentionner un devis ?

Le devis doit mentionner :

  • La date du devis ;
  • Le nom et l’adresse de la société ;
  • Le nom du client ;
  • la date de début et la durée estimée des travaux ;
  • Le décompte détaillé de chaque prestation en quantité et en prix unitaire ;
  • Le prix de la main d’œuvre ;
  • Les frais de déplacement ;
  • La somme globale à payer HT et TTC.

Ces informations sont ensuite reprises si le consommateur décide de signer un contrat avec le prestataire de santé qu’il a sélectionné après ses recherches.

Pourquoi demander un devis mutuelle santé en ligne ?

Aujourd’hui, assurer sa santé individuellement, sans passer, par exemple, par la mutuelle d’entreprise, a un coût. Les derniers chiffres indiquent une moyenne de 800 euros par famille et par an. Il est donc important de trouver une offre qui cadre non seulement avec son budget, mais également ses besoins réels, tout en étant suffisamment large pour couvrir les besoins spécifiques de chaque bénéficiaire, s’il s’agit d’une mutuelle pour toute la famille !

Le devis mutuelle santé en ligne est la solution la plus appropriée et pour plusieurs raisons.

Comment fonctionne le devis en ligne ?

Qu’il s’agisse de trouver une mutuelle santé ou un autre service ou produit, le principe du devis en ligne consiste à faire une demande à travers le site d’une entreprise ou à travers une plateforme de comparaison (le fameux comparateur en ligne).

Le formulaire rempli avec les informations requises, la demande est transmise pour être traitée en interne s’il s’agit du site d’un prestataire ou alors à chaque prestataire, s’il s’agit d’un comparateur.

Le demandeur est ensuite contacté par une personne, qui va travailler à affiner la demande afin de proposer un devis des plus précis.

Le devis en ligne est gratuit

S’agissant d’un devis en ligne, ce dernier est gratuit. Rien ne peut justifier la facturation de ce service précis, la loi prévoyant le paiement si « un artisan de proposer des devis à caractère payant notamment en cas de déplacement et/ou d’études approfondies de la situation. Dans ce cas, le professionnel doit informer la clientèle du prix à payer pour l’établissement du devis. Lorsque le devis est payant, le professionnel pourra proposer de déduire le montant du devis de la prestation éventuellement fournie par la suite. »

Gagnez du temps en demandant un devis mutuelle santé en ligne !

Il peut être compliqué de s’y retrouver entre les nombreuses brochures collectées pour étudier les prix et conditions pratiqués par une assurance santé. Grâce au devis en ligne, la recherche d’un prestataire est bien plus rapide.

Des comparateurs en ligne qui soignent leurs listes de prestataires santé

Fonctionnement du comparateur en ligne

Avant toute chose, il convient de comprendre le fonctionnement du comparateur d’assurance en ligne. Concrètement, le principe repose sur un partenariat signé entre le prestataire du comparateur et les professionnels de l’assurance santé. Ici, le comparateur se pose comme un intermédiaire autonome, transparent et gratuit, avec pour objectif d’aider les consommateurs à trouver les meilleurs prix et dans certains cas, de bénéficier d’offres introuvables en agence physique.

Le choix des prestataires d’assurance santé

Dans la plupart des cas, les comparateurs sélectionnent les prestataires de santé qu’ils incluent dans leurs bases de données. En effet, les enseignes sont présélectionnées, permettant ainsi aux consommateurs de choisir entre des professionnels fiables.

Le devis en ligne est sans aucun engagement

Le ministère rappelle que « Le devis en tant qu’estimation par le professionnel des travaux envisagés est juridiquement une offre de contrat, et, à ce titre, il engage fermement le professionnel de manière très précise quant à l’étendue des travaux, à leur coût, mais aussi quant aux délais prévus.

Le consommateur, lui, n’est jamais obligé de confier l’exécution des travaux au professionnel. Le devis n’engagera le client qu’à partir du moment où il aura exprimé sa volonté de faire exécuter les travaux, par une signature au bas du devis « bon pour travaux ».

Cela concerne également le devis mutuelle santé en ligne, en sachant que la loi prévoit également un délai de rétractation de 7 jours à compter de la date de signature du contrat d’assurance.

Le devis en ligne assureur santé pour prendre le temps de bien choisir son prestataire !

Le devis mutuelle santé en ligne est sans nul doute la meilleure stratégie pour trouver un assureur capable de prendre en charge rapidement et efficacement vos dépenses de santé ainsi que celles de votre foyer. Il est donc important de choisir un professionnel qui a pignon sur rue et bien noté par ses clients. La loi française est d’ailleurs très claire sur la question du devis, aussi, le consommateur est particulièrement protégé.